La grande barrière qui se dresse au dessus d'Urmerboden entrtient les discussions depuis la parution du topo GLclimb, couvrant l'escalade dans les Alpes Glaronnaise

Plusieurs raisons:

- on va en montagne pour faire de la montagne... et franchement ca en jette, plusieurs kilomètres de long et jusque 600m de haut. En bas, on se sent petit. Une pteite ambiance Wendenstock (et c'est pas moi qui le dit). Par contre pas la même qualité de caillou. Faut donc aller y faire un tour pour vérifier

- un problème de société: le seul endroit des Alpes Suisses ou les limites de canton n'ont pas été dessinées au niveau d'un col. Le canton d'Uri débordant largment vers l'Est jusqu'au village d'Urnerboden (pour la légende, il y avait eu il y a quelques siècles, dont personne ne se souvient, une course entre Glaronnais et Uranais. Les Glaronnais auraient oublié de se réveiller et les Uranais seraient arrivés les premiers jusqu'à Urnerboden. Et donc le bled leur revient de droit)

N'empeche que le topo GLclimbs sensé couvrir les alpes glaronnaises, dépasse allégremment jusque dans le canton voisin. Poussée revendicative?

 

Accès: WInterthur -> Rapperswil -> Glarus -> Urnerboden

Rot Nossen et Zingelfadstock depuis Urnerboden

Rot Nossen et Zingelfadstock depuis Urnerboden

Zingelfadstock, Gsicht et Urnerboden depuis Urnerboden

Zingelfadstock, Gsicht et Urnerboden depuis Urnerboden

De profil les Jegerstöcke, c'est pas mal non plus (faut pas trop zoomer pour vérifier l'état du rocher)

De profil les Jegerstöcke, c'est pas mal non plus (faut pas trop zoomer pour vérifier l'état du rocher)

Gabchopf - Tüfflüger

Approche: d'Urnerboden, monter jusqu'à l'Alp Ziegel. Puis en ascendence vers l'est de manière évidente

Topo: GLclimbs

Difficulté: 150m / 6b (6a+ obl)

Intérêt: ***

Mars 2014 - Je retrouve unb Rainer fatigué après trois jours en montagne (il était déjà au Gabchopf la veille !). Même fatigué, Rainer reste costaud et vaillant. L'approche est à peine skiable à la montée, autant dire qu'en fin de semaine avec le beau temps annoncé, faudra longuement porter.

Après Geburtstagweg, on attaque les choses sérieuses avec Tüfflüger. Première longueur pas forcément super compacte, mais plus compacte que la première longueur de Geburtstagweg.

Alors ca surprend pas vraiment. Le rocher est très bon surtout L3 (6b), L4 (6a), L5 (6a+), un calcaire compact, rugueux à la Äscher, Ofem, Gramusset...

Le bonheur de re-grimper, d'une superbe journée en montagne avec un bon pote. Et seul, du parking au parking...

 

The Jegerstöcke experience
Rainer dans L4

Rainer dans L4

Rapunzel au Rot Nossen se fait attendre

Rapunzel au Rot Nossen se fait attendre

Gabchopf - Geburtstagweg

Approche: D'Urnerboden, monter jusqu'à l'Alp Ziegel. Puis en ascendence vers l'est de manière évidente

Topo: GLclimbs

Difficulté: 100m / 5b (5b obl)

Intérêt: **

10.03.2014 - Bien pour l'échauffement. Une première longueur avec du rocher très moyen et herbeux. Les deux autres longueurs sont très jolies

 

Ortstock - Südwand - Piratenherz

Approche: De Linthal prendre la route en direction du Klausenpass et s'arrêter au point 1259 (arrêt de bus)

De là, monter en direction du Rietstöckli (chemin de rando) puis en direction de l'attaque du pilier (des traces de peinture rouge vers la fin mènent jusqu'à l'attaque). Bref 1000m de dénivelé dont une bonne partie hors sentier, on est bien chaud quand on commence à grimper

Topo: GLclimbs (une erreur pour l'avant dernière longueur avant le Wandbuch, c'est pas Geröll mais plutôt 5c)

Difficultö: 500m / 6b (5c obl)

Intérêt: ***(*)

 

18.06.2013 Un projet en deux épisodes: premier coup d'essai à Pentecote 2012, ou on essaie de défier les pronostics de la météo. Certes grâce au Foehn c'est sec mais qu'est ce que c'est froid. D'autant qu'on a un peu sous estimé l'ampleur du bazar

Aprüs 8 longueurs, une fois arrivöé sur la grande vire, on décide de redescendre.

Banco, c'est reparti en ce 18 juin 2013, canicule annoncée, on dort dehors à coté de la ferme de Frieteren et (trop dur la vie), j'ai trop chaud. Bien qu'on se soit mis d'accord sur un réveil à 4h40, Rainer (ce salopard) me réveille à 4h20 prétextant qu'il fait presque jour.

Pas besoin de dire que jusqu'à la vire, on fait pas du "à vue". Ca déroule donc bien.

La deuxième partie est encore plus classique que la première - un truc pour les champions du monde du ramonage. Un rocher alpin, demandant de l'attention (ou péteux pour parler franchement)

On arrive à 13h15 au sommet. On se croirait au Sass Pordoi, Piz Ciavazes ou quelque part dans les dolomites. Non juste dans le canton de Glarus...

Sauf qu'à la différence des voies classiques ou on descend à pied, ici il faut se taper les rappels

Tout ca donne: 18h au parking

 

Conclusion: la voie n'avait pas été refaite depuis le 21.08.2010. Même si au vu des cotations on pourrait se dire: " ca va dérouler", eh bien non! c'est long (1000m de dénivelé + 500m d'escalade) dans un rocher péteux et qui demande beaucoup d'attention avec certes des bon spits mais un éloignement suffisant pour avoir l'impression de grimper

La video de Rainer pour se faire une idée

Läckistock - Direkte Südwand

 
Approche: D'Urnerboden, monter tout droit jusqu'a l'Alp Zingel (P.1756m) puis a gauche en direction de l'alpage superieur. Enfin tout droit dans l'eboulis jusqu'au pied de la voie (1h30 depuis le parking)
Difficulté: 330m / 6c+ (6a+ obl)
Intérêt: ***(*)
 
18.10.2012 - Noch ein Mal treffe ich Ruedi am üblichen Parkplatz in Wil. Um halb sieben ist noch dunkel und es hat schon fast eine Stimmung von den klassichen Saisonstart-Skitouren in Toggenburg. Die "Snowwolf" und Nera sind aber heim geblieben. Dafür geht's heute um klettern. 
Den Kletter-kollegen braucht man hier nicht mehr vorzustellen: Ruedi Hutter: eine Thurgauer Kopie von den Remy Gebrüder: unter anderem kann man in seinem Auto kann man gut Motörhead hören und wenn er auf einem Insel ins Mittelmehr reist, bohrt er dann neue Routen (zumindest die Standplätze). Und zuletzt ist er auch Fan von Sprint auf Skitour (was für andere Thurgauerin völlig unvorstellbar ist).
zurück zum Ziel: Die Driekte Südwand am Läckistock: eine klassische Route der Glarner Alpen (Gisler & Müller - 1969), die aber unrecht selten begangen wird.
Wie das Topo in GLclimbs schreibt: " Obwohl der fels ist nicht immer fest, lohnt sich eine Begehung auf jeden Fall".
Mal schauen, was kommt... und ob ich und Ruedi - der momentan sehr (sogar zu viel) an die bomberfesten Löcher von Holenstein gewöhnt ist - sich an den brüchigen Fels der Glarner Alpen und ihre merkwürdigen Griffen anpassen werden.
 
Um 10.00 erreichen wir "Campo Viejo", eine Höhle, wo wir Material deponieren. Dort treffe ich glücklicherweise die mit Appenzeller-Quöllfrisch-Bierfläsche Dichtungen gebastelten Express (na ja mit Ruedi zählt jeder Rappen...)
 
Los...
1. SL: 6b es geht sofort los - 5 Meter nach dem Stand - Super kompakter Fels. Technische plattigen Griffen, die sofort die Armnen aufwärmen (6b+ bewertet in GLclimbs)
2. SL: 6a+ ein Psycho-Trip: Steil und brüchig. Die technischsten Stellen sind am Anfang wo der Fels noch in Ordnung ist. Dann wird's sehr "alpine" (ich finde "alpine" immer positiver als "brüchig"...).
3. SL:  5c  Ein zug am Anfang und dann einfacher
4. SL: 6a Super plattige Seillänge wo man auch aufpassen, was man greift. Der erste Bohrhacken ist ziemlich hoch (6a+ bewertet in GLclimbs)
5. SL: 1: Quergang auf dem Band
6. SL: 6a+ Super Seillänge in kompaktem fels - Der Quergang ist nicht ganz trivial wo man nicht richtig weiss ob man zuerst hoch oder querer soll (6b bewertet in GLclimbs)
7. SL: 6c: Zuerst "alpiner Fels" und dann wird's schwierig und kompakt. Der Fels war leider dreckig und es ist wahscheinlich oft der Fall, da die Regen-Tropfen hinunter fliessen. (6b in GLclimbs - evt waren die Leute an dieser Zeit (2009) mehr links in der Verschneidung geklettert. rechts im kompakten fels ist sicher schwieriger als 6b)
8. SL: 5c Ein "nasser" Aufschwung (ist auch wahrscheinlich oft so) und dann Spazier-quergang auf dem Band
9. SL: 6b Alpiner fels - wo man aufpassen muss, was gegriffen wird. Zuesrt steil und gerade hoch dann links querren. Der Stand ist nicht am richtigen Platz - unbequem zui erreichen und unbequem wieder los gehen
10. SL: 6c+ Der Start vom Stand ist eine "scheisse", sehr mühsam... der Stand wäre besser falls es ein Meter tiefer wäre. Die Quergang ist noch sehr speziell  (kann nicht sagen, wie es frei geht). Nach der Ecke, usper Seillänge, zuerst steil und gut griffig, dann plattig und rau wie am Äscher
11. SL: 6b: Eine verschneidung mit Holzkeil, was während der Erstbegehung benützt worden ist. Vom Stand sieht es nicht so steil aus aber wenn man am klettern ist, merkt man klar, dass es überhängend ist. Eine Hammer Seillänge 
12. SL: 5c etwas grassig (wie letzte Seillänge am "Ä guets Gfühl" am Gonzen)
 
Wir haben die 20. Begehung gemacht, 43 Jahren nach der Erste Begehung (!).
Immerhin, eine Hammer-Tour sehr empfehlenswert. Alpine Stimmung auf jeden Fall ! Die Absicherung ist aber gut (sogar sehr gut)
The Jegerstöcke experience
The Jegerstöcke experience
Los, Ruedi, 1.SL

Los, Ruedi, 1.SL

Nach dem Grasband

Nach dem Grasband

Ruedi - 7.SL

Ruedi - 7.SL

Ruedi 11 SL

Ruedi 11 SL

Zingelfadstock - Südturm

Approche: d'Urnerboden, monter tout droit au dessus jusqu'à l'Alp Zingel (P.1756m). De là encore droit au dessus dans un tas d'éboulis, jusqu'au lieu nommé Alpeli. De là longer la vire de gradin herbeux au dessus des barres (une petite sente qui va bien, par contre ca peut vite être craignos si y'a de la neige) jusqu'au pied des voies. 2h / 2h30 depuis la voiture

Topo: GLclimbs

Difficulté: 300m / 6b (5c obl)

Intérêt: **

Le Zingelfadstock, la Südturm dömarre à gauche de la grotte

Le Zingelfadstock, la Südturm dömarre à gauche de la grotte

12/11/2011 - On était partis pour la face sud du Läckistock mais c'ötait mouillé ! (oui par la fonte de la neige en versant nord qui résurge en face sud, l'hallu). On se rabat sur le Zingelfalstock et sa classique Südturm.

En résumé, tu vas là bas pour l'ambiance et c'est vrai y'en a! Par contre pas pour l'escalade, le rocher est complètement péteux. Faut mieux chercher à pousser le rocher que tirer sur les prises...

Le profil des Jegerstöcke, raide et péteux

Le profil des Jegerstöcke, raide et péteux

Rainer dans L3

Rainer dans L3

Rainer dans L5

Rainer dans L5

Rainer dans L8

Rainer dans L8

Hinterglatten - Mauerläufer

Moins connue que son voisin le Chli Glatten, c'est pourtant une erreur, 200m de falaise raide comme il faut avec des voies bien trempées. Equipement pas "plaisir" mais plutot du genre "on grimpe entre les points"

Même si c'est un peu le stress dans certaines longueurs, au moins ca fait partie des sorties qui laissent des souvenirs, ou l'on a l'impression d'avoir travaillé le corps ... et la tête. Un petit coté Wendenstock dans la manière d'aborder la falaise

Accès: Winterthur -> Rapperswil -> Glarus - prendre la direction du Klausenpass. Se garer au dernier virage avant le col (coté Glarus)

Approche: remonter les gradins herbeux raides et les éboulis jusqu'au pied de la face. Ca semble juste a coté mais ca fait quand meme bien chauffer les jambes. T4 / T5

Mauerläufer est l'avant dernière voie la plus à gauche de la falaise

Topo: GLclimbs

Difficulté: 200m / 6b (6a+ obl)

Intérêt: ***

Novembre 2011 - Une voie ouverte en 1988, sur le register du "Wandbuch", à la sortie de la longueur clé, on Remarque qu'on a fait la 60ème ascension !

Rocher bien compact, à part dans L5, avec une première partie très raide avec des prises douteuses. Un grand Rainer sur le coup

Les friends sont bien utiles vu l'espacement entre les points. On les a tous utilisés

Dans L1, risque de chute au sol entre le 2eme et le 3eme spit (environ 10 mètres d'écart...)

The Jegerstöcke experience

Logement: Hotel Klausen Ranch, bon accueil, bouffe bien également. Ils se la jouent US mais avec bon gout

Retour à l'accueil